Logo Conseils-Sport.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-Sport.fr, 2021

Calculer son IMC et connaitre son indice de masse corporelle

Couple en tenue de sport tenant des brocolis de dos

IMC ou l’Indice de Masse Corporelle est un chiffre qui est employé afin de déterminer votre corpulence. On l’appelle aussi l’indice de Quetelet. Son calcul dépend entièrement de deux valeurs à savoir : la masse corporelle et la taille d’un individu. À la base, cette grandeur a été imaginée pour les adultes âgés de 18 à 25 ans, mais les circonstances ont évoluées. Il existe actuellement des digrammes pour les enfants de 0 à 18 ans. Voici en détail une présentation de cet indice et notre calculateur gratuit.

Je calcule mon IMC

Mon IMC est de : {{ imc }}
{{ interpretation.resultat }}
Curseur
Balance pour se peser avec deux pieds dessus
En fonction de votre réponse, ça pourrait vous intéresser :
Image miniature de l'article

{{ article.post_title }}

{{ decodeHTMLEntities(article.excerpt) }}

Origine et utilité pour la santé

L’IMC est un indice très important pour chaque individu. Il est très utile lorsqu’il s’agit de détecter les problèmes de santé et de se maintenir en pleine forme.

L’origine

C’est une valeur qui a vu le jour au XIXème siècle. En effet, elle est née lors des études d’un célèbre statisticien qui a mis au point l’indice Quetelet de l’obésité. C’est en 1832 que Adolphe Quetelet a réalisé cette découverte. Il s’agit d’un pionnier des recherches sur la croissance humaine. C’est le premier à avoir remarqué que le poids variait en fonction du carré de la taille d’un homme.

Par ailleurs, le fait d’avoir de la graisse corporelle était perçu comme signe d’aisance, de bonne santé et de nourriture abondante. C’est pourquoi l’obésité connue comme une maladie entraînant des complications date d’une centaine d’années. Cependant, le marché de l’assurance a fait un rapprochement entre le poids de ses clients et les maladies cardiovasculaires, dès le XXème siècle.

Les scientifiques ont suivi bien après, en effectuant des recherches relatives aux facteurs de l’apparition de celles-ci. Par la suite, les polices d’assurance se sont mises à construire des tables de pondérations de poids souhaitable. En outre, en 1960, cet indice de masse corporelle servait dans des expérimentations cliniques. L’une des premières à adhérer à cet indicateur de poids fut l’enquête de Framigham dans les années 1970.

Le scientifique américain Ancel Keys a aussi certifié le bien-fondé de ce dernier. C’est même lui qui l’a renommé IMC en 1972. En 1980, l’Indice de Masse Corporelle est alors devenu une règle internationale en ce qui concerne la mesure de l’obésité. Ce n’est qu’en 1990 qu’il a été connu du grand public à travers les initiatives en santé publique des États-Unis.

L’utilité

L’Indice de Masse Corporelle est une valeur qui permet de connaître les risques en rapport avec le surpoids d’un adulte. Il est surtout employé pour mettre en exergue l’accroissement des facteurs de risques des maladies cardiovasculaires. En effet, les individus avec un IMC important sont plus susceptibles d’être souffrants.

Ils ont 58 % de chance d’avoir une maladie, 23 % pour avoir le diabète, 23 % pour l’AVC et 39 % pour l’hypertension. Plusieurs études corroborent ces faits. La recherche « Nurse’s Health Study » indique que la prise de poids entraîne le risque de problèmes cardiaques chez ceux âgés de plus de 20 ans. Ce n’est pas un indice qui a pour unique but d’expliquer spécifiquement la valeur de la masse graisseuse.

De plus, elle sert à savoir si l’harmonie entre votre poids actuel et votre taille est idéale. Il est toutefois essentiel de préciser que le calcul de l’IMC n’est réservé qu’à l’adulte (18 à 65 ans). Ce calcul n’est pas valide si vous êtes plus ou moins âgé. Calculer l’IMC d’un enfant qui n’a pas fini de grandir est précoce.

Comment est calculé l’indice et quels sont ses avantages et limites ?

L’Indice de Masse Corporelle est le seul que valide l’OMS afin d’estimer votre corpulence.

Comment le calculer ?

Son calcul dépend entièrement de deux variantes que sont le poids et la taille. Il se fait assez simplement et facilement. La formule consiste à diviser le poids en kilogramme par le carré de la taille en mètre. Par exemple, si vous pesez 90 kg et que votre taille est de 1,70 mètre, vous devez faire : 90/1,70². Vous obtenez un résultat de 31,148. L’IMC normal varie de 18,5 à 25. Vous pouvez également effectuer ce calcul en utilisant une calculatrice en ligne. Vous ne devrez pas dans ce cas suivre de grandes étapes. Il vous suffit d’insérer les chiffres adéquats dans la calculatrice pour qu’elle vous donne un résultat.

Toutefois, il faut noter que le calcul de l’IMC chez les femmes est plus précis que le calcul de l’IMC chez les hommes. À titre illustratif, une femme avec un indice de 40 est visuellement obèse. Pour l’homme, ce n’est pas toujours vérifié. Il peut être réellement très mince, mais avoir un indice de masse élevé. Il vaut mieux pour les hommes de s’abstenir de calculer leur IMC si vous avez une masse musculaire trop importante.

De plus, le calcul de l’IMC chez l’enfant se fait d’une manière différente que chez les adultes. On la calcule comme suit : Poids (lb) ÷ Taille (po) ÷ Taille (po) x 703. Les résultats sont interprétés différemment. Ici, il faut tenir compte des paramètres suivants : l’âge et le sexe. Vous devez pour cela, vous rabattre sur les courbes de croissance qui sont dans leur carnet de santé. Il faut juste que vous fassiez un peu attention, car la nouvelle version des carnets de santé diffère un peu.

Elle présente de nouvelles courbes de croissance qu’il faut interpréter en fonction de l’IMC. La raison principale de ce changement est que les enfants du 21ème siècle ont une taille plus grande que ceux d’entretemps. L’autre explication est que la croissance staturale et pondérales des deux sexes présentent vite des différences. En effet, quand ils ont entre 0 et 3 ans, on a des courbes pour le sexe féminin à part et pour celui masculin à part.

Quels sont les avantages du calcul ?

Calculer son IMC permet de déterminer les risques de maladies. En effet, les résultats montrent qu’à un certain moment, l’individu est sujet à développer des troubles cardio-vasculaires, un diabète ou un cancer. Par conséquent, ce calcul est indispensable dans le but de prévenir des pathologies avec des effets toxiques.

D’ailleurs, pour une femme enceinte, le plus conseillé est de suivre fréquemment son IMC. Vous avez ainsi la chance d’entrevoir les dangers éventuels et les possibles solutions. Surveiller son IMC est également indispensable si vous êtes en plein régime.

Lorsque vous le calculez régulièrement, vous savez à peu près si vous avez pris ou perdu du poids. Cet outil d’équation vous aide à savoir si vous êtes sur le bon chemin. Elle permet d’une certaine façon de stimuler votre enthousiasme vers le poids parfait. L’IMC est une véritable béquille pour le bilan médical.

Quelles sont les limites du calcul ?

L’IMC est seulement considéré comme un indicateur. Il n’est en aucun cas une information infaillible ou une science exacte. Il ne fait pas de nuance entre la masse osseuse, le gras ou le muscle. De plus, il ne donne aucune précision sur le dispatching du gras corporel.

Par ailleurs, il faut remarquer que l’obésité tient compte du gras corporel superflu, pas du poids. Selon l’OMS, c’est un surcroît important de graisses corporelles qui entraîne des maladies. Donc, le niveau de gras corporel peut être très différent pour un IMC identique. En général, les femmes possèdent plus de masses graisseuses que les hommes en sachant que leur indice est le même. Il n’y a donc pas de différence entre les deux sexes en ce qui concerne l’IMC.

On peut a priori se retrouver avec un sentiment de sécurité qui en réalité n’est qu’une illusion. C’est le cas de personnes avec un indice normal, mais qui sont sujettes à des maladies. En effet, en fonction de la répartition du gras corporel, ils peuvent avoir le diabète ou les maladies cardiovasculaires. Un IMC dans la norme ne doit donc pas être considéré comme une garantie en ce qui concerne votre état de santé.

De même, on a des personnes avec un IMC normal qui sont autant en danger que ceux avec un indice supérieur. Les individus de la première catégorie ont des habitudes de vie malsaines. Ils sont fumeurs, sédentaires et/ou avec de mauvaises pratiques alimentaires. Quant à ceux de la seconde catégorie, ils ont un mode vie correct. En définitive, il est impossible de mettre dans une case donnée toutes les personnes à risque avec l’IMC.

Il peut arriver que le vôtre soit normal et que vous couriez quand même le risque d’attraper plusieurs maladies. Dans ce cas, vous avez peut-être un corps capable d’éliminer les graisses superflues facilement. Par contre, elle est dans l’incapacité d’évacuer les sucres contenus dans votre sang. Par conséquent, pour tout le monde, vous ne prenez pas de poids. Vous pouvez tout de même vous sentir mal ou avoir des malaises.

De la même façon, certains sportifs ou culturistes ont un IMC supérieur à la norme sans pour autant être en mauvaise santé. On les classe directement dans la catégorie de ceux qui ont des kilos en trop. Leur masse musculaire est responsable de ce taux élevé. Ils ont des muscles qui sont plus lourds que le gras de leur corps. Cet indice n’est donc pas très fiable en ce qui concerne les athlètes et les grands sportifs.

De plus, la norme de l’IMC pour les individus de 65 ans et plus est comprise entre 23 et 27. Ils ne doivent s’alarmer qu’avec un IMC de 33 et plus. Aussi, cet indice ne tient pas compte des différences de morphologie pour la population de chaque pays. Par exemple, les autochtones de l’Asie sont souvent très maigres. L’IMC n’est pas un indicateur très pertinent dans ce cas.

Pour plus de précision, l’IMC doit être associé à autre indicateur. Il s’agit du tour de taille. C’est une grandeur très utile pour exposer la quantité de graisse au niveau de l’abdomen. Le tour de taille agit sur le développement éventuel d’une maladie cardiovasculaire. Lorsque ce dernier augmente, vous risquez de contracter le diabète, le cancer et autres. Veillez juste à bien mesurer cet indice.

Pour ce faire, vous devrez d’abord vous tenir droit, le torse nu, et les jambes un peu écartées. Munissez-vous d’un mètre ruban. Posez-le autour de votre taille. Il doit être entre le haut de l’os de la hanche et la dernière côte. Assurez-vous qu’il soit bien étiré. Évitez de serrer le ventre et ne laissez pas voir d’espace entre le mètre et votre peau. Vous devez maintenir votre ventre relâché. Si vous le rentrez, votre calcul sera entièrement faussé.

L’IMC idéal en France

La population française a en général une corpulence moyenne moins élevée.

L’indice recommandé pour un homme français

La moyenne liée à l’IMC des hommes français est de 24,6. Par contre, leur idéal de poids minimum est moins élevé que celui des Européens. L’IMC accompli des français est de 22. Ceci est peut-être justifié par une pression plus forte faite sur le corps en France. Nombreux sont ceux qui ne considèrent pas que le sous-poids soit la norme. C’est même tout le contraire. Chez eux, le sous-poids est assez déprécié.

L’indice recommandé pour une femme française

Les femmes prennent des kilos entre 50 et 60 ans. La principale cause de ce changement est la ménopause. En effet, cette étape de leur vie bouleverse beaucoup leur métabolisme. Durant ce processus, ces personnes de sexe féminin dépensent moins de calories au repos.

En outre, près de 50 % de la population féminine française a une obésité abdominale. C’est cette masse corporelle qui entraîne un danger de l’augmentation du taux des maladies cardiovasculaires. Une hausse du surpoids et d’obésité est observée en France en fonction de l’âge.

Par ailleurs, les femmes françaises ont en moyenne un IMC de 23,2. Plus votre lourdeur est en dessous de la norme, plus vous avez de la valeur. Même quand leur IMC est inférieur à 18,5, ces personnes de sexe féminin ne se sentent pas « maigres ». Elles trouvent que c’est ce qui est le mieux.

Une étude a démontré que le nombre de celles qui se trouvent en sous-poids est très faible. Elle est deux fois moins importante. Ce qui veut dire que sur un panel de 20 femmes, seules 10 se sentent en sous-poids. Le reste trouvent qu’elles ont le poids idéal.

De plus, nombreuses sont celles qui ne font pas la différence entre IMC idéal et poids idéal. On se tourne en général vers le premier pour connaître son embonpoint. Cependant, il n’est en aucun cas gage d’un poids parfait. Le poids recommandé représente celui d’équilibre calculé en tenant compte de la masse graisseuse, celle musculaire et l’ossature.

En supposant que votre ossature soit massive, votre silhouette ne sera pas aussi mince que celle d’une femme filiforme. Il faudra donc considérer que le poids n’est qu’un chiffre. Vous pouvez avoir un corps très bien proportionné sans pour autant avoir un poids anormal.

Les 7 interprétations des résultats selon l’OMS

Lorsque vous calculez votre indice masse corporel, il ne reste plus qu’à interpréter les résultats obtenus.

L’IMC moins de 16,5

Si le calcul de votre IMC donne un résultat inférieur à 16,5, son interprétation signifie que vous êtes en dénutrition. C’est un état pathologique issu d’apports nutritionnels insuffisants. Votre organisme a besoin d’un certain seuil de nutriments en fonction de vos dépenses énergétiques. Quand cet apport nutritionnel est non seulement inapproprié, mais également très pauvre, il s’agit de malnutrition.

Il faudra donc prendre certaines précautions afin de régler ce problème. Pour cela, vous devez augmenter votre apport en énergie et en protéines. Incorporez des protéines et des produits gras à votre alimentation. Il est aussi possible de se servir de compléments nutritionnels industriels par voie orale.

L’IMC compris entre 16,5 et 18,5

Entre 16,5 et 18,5, celui-ci est trop faible. Vous êtes alors considéré comme maigre au sens médical du terme. Il s’agit ici d’une insuffisance pondérale ou de minceur excessive dans certains cas. Cette maigreur peut être la cause de plusieurs maladies comme les infections ou l’ostéoporose.

Cela peut aussi être un état qui ne conduit à aucun trouble de santé. La solution est direz-vous de prendre du poids. Toutefois, ce n’est pas toujours vérifié. Le meilleur moyen de vous en sortir est de demander à voir un médecin. Il pourra vous définir un plan pour corriger cette maigreur. Prenez juste le temps de suivre ses conseils pour régler votre problème.

L’IMC situé entre 18,5 et 25

Si votre IMC fait dans les 18,5 et 25, il est normal. Ceci veut dire que vous avez un poids considéré comme dans la norme. Vous n’êtes pas maigre ni en surpoids. Il faut dans ce cas maintenir une alimentation équilibrée. Continuez de faire du sport de manière fréquente. Vos habitudes de consommation sont les bonnes. Elles vous garantissent une bonne santé et une mine radieuse. Par contre, pensez à vous faire plaisir de temps en temps. Il ne faudrait pas que vous couriez derrière l’indicateur de votre balance parfait et que vous oubliiez de vivre normalement.

L’IMC entre 25 et 30

Si vous êtes dans ce cas de figure, vous êtes considéré comme quelqu’un en surpoids. C’est l’état d’un individu doté d’une corpulence un peu plus importante que la normale. Le surpoids représente un amas démesuré ou anormal de cellules graisseuses.

Ces dernières sont perçues comme un risque pour la santé. Il est conseillé de consulter un médecin. Il va vous conseiller de perdre vos kilos superflus afin d’avoir un poids normal. La meilleure option que vous avez est de modifier toutes vos routines alimentaires. Vous devrez aussi faire de l’exercice fréquemment.

L’IMC allant de 30 à 35

Cette tranche concerne ceux sont atteints d’une obésité modérée. Il s’agit de l’obésité de classe I et est la moins grave. Toutefois, le danger d’avoir des maladies comme le diabète, le cancer ou l’hypertension est réel. Vous avez un taux de mortalité assez élevé. En effet, il est de 44 % plus élevé que la moyenne. Si les causes de cette obésité sont génétiques, le risque est encore plus élevé.

L’IMC variant entre 35 et 40

Si vous calculez votre indice de masse corporelle et vous obtenez un résultat entre 35 et 40, c’est une obésité sévère. On parle d’obésité de classe II. Le risque de maladie a vite fait d’augmenter dans ce cas. Le taux de mortalité ici est de 88 % plus grand. Il est plus judicieux de perdre un peu de poids. Vous avez la possibilité alors de recourir à une chirurgie appelée opération bariatrique.

L’IMC se situant en 40 et plus

Vous souffrez d’une obésité morbide si votre indice de masse corporelle est supérieur à 40. Votre vie est alors en grand danger. La menace de mortalité est en effet de 151 % plus élevé. Vous perdez dans ces conditions 2 à 5 années d’espérance de vie. Vous pouvez également avoir recours à une opération bariatrique.

Par contre, il faudra que cette chirurgie soit soumise à une décision collégiale du corps médical. Par ailleurs, d’autres conditions doivent être respectées afin de profiter de celle-ci. Il est important de souligner qu’elle n’est envisageable que quand les solutions alternatives sont inefficaces. Vous avez droit souvent à la sleeve gastrectomie, au bypass gastrique et à l’anneau gastrique.

Conclusion

Pour conclure, l’IMC est un indice qui indique la corpulence d’une personne. Il est très simple à calculer. Il présente de nombreux avantages et peut être très utile et efficace. Néanmoins, il n’est pas toujours fiable en ce qui concerne les sportifs, les femmes enceintes ou les personnes âgées. Inutile donc de vous alarmer si vous êtes un peu en dessous ou au-dessus de la norme. L’essentiel est d’avoir une forme physique et psychologique au top.

Conseils-Sport.fr, 2021